COLLECTION "COCO PEINTRE DU FACTEUR CHEVAL"
 

Cette Collection de peintures, unique et singulière,

exposée en 1987 en l' Hôtel deVille d'Hauterives Drome-France
présente une trentaine d'huiles sur toile de formats divers
en hommage à Joseph Ferdinand Cheval "Architecte" du "Palais Idéal".

Cette série de tableaux signés "Coco" de facture naïve retrace avec plus ou moins d'interprétation la saga du facteur, de ses proches, de sa famille.

Cette démarche picturale trouve son originalité dans la fascination qu'excerce le personnage Cheval, non pas uniquement à travers son oeuvre architecturale que l'on peut visiter, mais par l'apport d'une iconographie colorée axée essentiellement sur des portraits et scénes de genre. Le fond muséographique à Hauterives est relativement pauvre en Archives, à par quelques photos et cartes postales jaunies par le temps, on trouve peu d'illustrations sur le personnage lui même.

Les portraits de Coco sont historiquement les premiers portraits peints du facteur Cheval et de sa famille

Lorsque Coco rencontre le regard de J.F.Cheval l'étrange attirance qu'elle ressent pour "ce grand-père "provoque un "déclenchement du désir de peindre" . Rien ne laissait présumer un réel goût pour l'art du pinceau jusque là et pourtant emportée par une passion soudaine, cette faim de couleurs ne trouvera sa satisfaction libérée que par cette production hâtive et hétéroclite. Les visages nous apparaissent avec un mélange de tendresse et de dureté caractéristique de la caricature . La facture se flatte d'une fausse naiveté à travers l'éclat des pigments purs et d'un trait personnel

Le slogan de l'exposition baptisée " La couleur en Plus
par Claude-Louis Berthon président d'Art Image, nous informe sur le tragi-comique de cette exposition officielle mais nous révéle surtout la singularité de ce travail spontanné

La presse nomme " Coco peintre du Facteur Cheval "
et la fait parente de l'Art Naif .

Nous nous trouvons confrontés aux discours sans fin des appartenances et filiations picturale de la critique d'art dont l'histoire de Ferdinand Cheval est tissée. Certes il n'existe qu'une oeuvre fanstastique,le Palais idéal, mais Coco nous fait partager sa fascination pour cet homme dont la forte personnalité évoque celle de son propre grand père facteur rural, disparu neuf ans déjà, à Saint Marcel d'Ardèche .

Ferdinand Cheval célébré par les surréalistes inaugure avant la lettre le mouvement de Jean Dubuffet ...l'Art brut.

La collection" Coco Peintre du Facteur Cheval " marque les années 80 des prémices des mouvements divers héritiers des Singuliers de l'Art dont la mode contemporaine nous abreuve de discours sur la création et nous inonde d'oeuvres de" récupération". Mais Coco adepte du simple sans autre artifices que pinceaux toiles de tailles diverses et tubes couleur ne prétend rien d'autre que "colorier".Ce don de copiste improvisé surgit d'un geste sans encombre d'un "savoir peindre".Tel les enfants passionnés elle donne naissance à une histoire sentimentale intime prélevée sur un conte fanstamé et raconte le facteur qui la contemple ému. Le regard du regard.

La simplicité des oeuvres de Coco et la force d'expression qui s'en dégage face à la multitude des semblants de notre époque nous porte à croire que cette ensemble unique de toiles trouvera sa place chez un collectionneur averti ou

au musée du Palais Idéal du facteur Cheval.

 

   
   
 

" la Collection Coco Peintre du Facteur Cheval "

suite